Sans Regret, un film du réalisateur franco-ivoirien Jacques Trabi

Ce mardi 3 mai 2016 a eu lieu, à la la salle du Majestic du Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire, la grande-première du film Sans Regret du réalisateur franco-ivoirien Jacques Trabi. Ce long métrage de 1h44 minutes a reçu le  prix spécial du jury du festival du film africain de Louxor et a été désigné « coup de cœur » du festival international du film de Marrakech.

source
source
J’ai décidé d’aller voir le film Sans Regret après avoir lu l’article de Sonia Guiza, blogueuse ivoirienne spécialisée dans le cinéma, qui s’intitule cinq (5) raisons d’aller voir « Sans Regret ».
Je vous avoue que je ne suis pas déçue car Sans Regret est un long-métrage de 1 heure 44 minutes, écrit, réalisé et coproduit par Jacques Trabi, qui donne un regard sur les revers de la société ivoirienne notamment la cherté de la vie, les conditions de vie précaire, la difficulté d’ascension sociale en respectant la voie préétablie, la corruption du système pour ne citer que ces problèmes.
Des acteurs de choix
J’ai été heureuse de voir des acteurs de choix tels que Michel Bohiri, Naky Sy Savané, Bruno Henry, Mahoula Kané, Ben Salif, Cécilia Pango, Claude Séa, Thérèse Taba, Désiré Bégro et Adji Gbessi réunis ensemble pour réaliser un film qui montre la qualité des acteurs ivoiriens. En effet, nous assistons à une montée en qualité des films ivoiriens car nous avons de réalisateurs exigeants qui font du cinéma et non plus du théâtre filmé. Les acteurs se retrouvent donc pleinement imprégnés dans les rôles et peuvent ainsi montrer l’étendu de leur talent.
Synopsis du film tel que présenté par M. Trabi

Gaston vit difficilement de son travail de docker dans le port d’Abidjan. Il doit faire face aux dépenses de sa famille et payer les études de son fils, Faustin, qui souhaite intégrer l’école de Police Nationale. Gaston touche l’argent de sa tontine mais il se fait voler la somme par des bandits. Il rencontre alors Cercueil, le chef du gang. C’est à partir de ce moment-là que sa vie va basculer…

 

De belles prises, de belles images…
Au niveau technique, le film est vraiment bien réalisés. Les images sont très belles et les angles de vues sont vraiment bien choisis. On voit que le réalisateur avait le souci du détail car les couleurs sont bien agencés, les objets biens positionnés et les scènes pas trop chargées. Les acteurs occupent bien la caméra et la caméra oriente bien notre regard.
J’ajouterais que j’ai trouvé très intéressant le choix du sous-titrage lorsque les personnages parlent en langue vernaculaire. J’adhère à ce soit du sous -titrage pour toutes les langues. Il est important de laisser le spectateur apprécier la beauté d’une langue. Le sous-titrage n’enlève rien à la qualité du message. Cela permet de montrer également de faire découvrir le Nouchi, l’argot ivoirien qui est partie intégrante de la culture ivoirienne. 
Ce film est vraiment un espoir pour le cinéma ivoirien, il montre que l’industrie continue de vivre et surtout que la Côte d’Ivoire a des ressources dans le domaine. Des ressources qu’il faut encourager et qu’il faut soutenir.
A l’issue de la rencontre, le réalisateur et quelques acteurs se sont adressés aux spectateurs et ont reçu des acclamations bien nourries.
Je vous invite donc à vous rendre à un des cinémas Majestic d’Abidjan (Hotel Ivoire, Sococé ou Prima) pour découvrir ce film et apprécier par vous même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s