Braquage à l’Africaine – un coup de jeune dans le cinéma ivoirien

Le Dimanche 3 mai 2015, j’ai été regarder au Cinéma La Fontaine II Plateaux Sococé le film « Braquage à l’Africaine» qui a été réalisé par par Owell Brown racontant comment la vie d’un homme peut basculer dans l’enfer en un clin d’œil…

Ce film de genre urbain contemporain regroupe de nombreuses personnalités, acteurs, artistes et comédiens ivoiriens dont notamment Assirifix Armand, Georges Tai Benson, Gohou Michel, Isabelle Béké, Emma Lohoues, Mike Danon et Michel Bohiri.

braquage_a_lafricaine_affiche

 

Synopsie

Pour rembourser une dette d’argent contractée auprès d’un dangereux usurier, Hervé, alias Vetcho, propriétaire de bar accepte le deal que lui propose celui-ci: Un braquage à l’africaine, qui consiste à s’introduire dans une maison, braquer tout le monde et repartir avec le maximum de butin.

Avec ce coup, l’homme espère non seulement rembourser sa dette mais aussi se retrouver avec un petit pactole.

Pour réaliser son casse, il recrute des complices aussi teigneux les uns que les autres et ce qui pouvait paraître au départ simple comme deal, va pourtant se révéler être une avalanche de soucis pour nos apprentis braqueurs.

En effet, bien avant qu’ils n’arrivent sur les lieux, il se trouve qu’une autre équipe est déjà passée par là. Nos amis se retrouvent alors bloqués dans la maison sous la menace d’une police prête à intervenir…

Liens vers la bande annonce :  ICI

On se joue les critiques…

Je ne prétends pas être une critique du 7ème art mais le film Braquage à l’Africaine est une réalisation que je recommande à toute personne qui veut « se fendre de rire » pendant une bonne petite heure et demi. Ce film met en exergue l’humour à l’ivoirienne avec une touche de nouveauté. Les acteurs sont dans leur rôle, la qualité des images est au rendez-vous, la belle Isabelle Béké nous montre un autre visage tandis que la belle Emma Lohoues confirme ses talents de comédienne. Mike Danon nous fait rire aux éclats avec tous ses tatouages et ses « Mother Fuck ! » en guise d’ « I Love You ». Le très célèbre Gohou Michel nous rappelle par sa maladresse qu’il est un personnage incontestable du cinéma ivoirien…

J’ai vraiment aimé ce film car j’ai vu à travers lui, un souffle nouveau sur le cinéma ivoirien en terme de qualité d’images, de cadrage, de visuel et même de textes. Au delà d’être un moment de divertissements, cela fait plaisir à voir qu’avec peu de moyens nous pouvons faire de belles choses. Le Cinéma ivoirien a de l’avenir et mérite d’être soutenu. C’est pourquoi je vous invite à vous rendre aux cinémas La Fontaine ou Le Majestic à compter du 30 juin jusqu’au 30 août pour visionner ce film et contribuer également à votre niveau à la promotion du Cinéma ivoirien.

 

Mon artiste coup de cœur…

Mon cœur balançait entre Assirifix Armand alias Vetcho, le personnage principal et Georges Tai Benson alias Bedel le dangereux usurier.

Vetcho, personnage charismatique qui nous fend le cœur par sa gentillesse et son souci de bien faire ; et Bedel, homme sans scrupule aux airs d’Elvis Presley avec ses grandes chemises en col V, sa chevelure épaisse et son côté tant amicale que mesquin sont les deux acteurs qui m’ont le plus marqué dans le film, non pas par leur présence mais pour leur jeu.

Le choix était difficile mais mon coup de cœur est allé pour le Grand Georges Tai Benson. En effet, j’ai trouvé appréciable que ce grand Monsieur de la télévision ivoirienne autrefois journaliste et animateur de télévision à la RTI et créateur d’émissions à succès dont Variétoscope fasse un retour spectaculaire sur nos écrans… preuve qu’il possède plus d’une corde à son arc.

11169933_1575090882772667_1369206661475240338_n
sources : compte Facebook officiel Braquage à l’Africaine

 

Owell Brown, le réalisateur

J’ai découvert le réalisateur ivoirien Owell Brown après avoir regardé le film « Braquage à l’Africaine ». Je ne savais pas beaucoup de choses sur lui et en faisant quelques recherches, j’ai pu découvrir qu’il a à son actif plusieurs courts et longs métrages auxquels il a apporté sa participation soit comme réalisateur et/ou producteur et/ou scénariste. En effet, nous pouvons cités Confidences sourdes (1999), No way ! (2004), Paris, la métisse (2005), L’Anniversaire (2005) et Le Mec Idéal (2010) qui a emporté le talon de bronze 2011, au Festival de cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco).

Nous pouvons donc faire une mention spéciale à M. Owell Brown qui s’évertue à transmettre sa passion pour le Cinéma à la jeunesse ivoirienne qui ne connaît plus la saveur de se rendre au Cinéma pour apprécier un film et partager avec ses amis un moment magique. Nous manquons de salles en Côte d’ivoire mais je crois qu’avec ces ambassadeurs, nous pouvons espérer une renaissance…

sources : compte Facebook officiel Braquage à l'Africaine
sources : compte Facebook officiel Braquage à l’Africaine

Je vous souhaite une bonne découverte !

 

One comment on “Braquage à l’Africaine – un coup de jeune dans le cinéma ivoirien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s