Omar Victor Diop – Un autre regard sur l’Afrique…

La photographie est surement l’un des arts que j’apprécie le plus, sûrement car je suis quelqu’un de très visuel ! Mais une chose est certaine, mes quelques heures passées durant mes années au lycée à faire des ateliers de prise de vue de photos en noir et blanc et de tirage en chambre noire ont définitivement influencées ma façon de voir la photographie. En effet, rien n’est fait au hasard car le travail en amont de la prise de vue a une influence certaine sur le rendue de la photographie en chambre noire. Et c’est le liquide révélateur qui nous le dit ! C’est donc ce caractère technique qui me plait ! Et je pense que les vrais amateurs de photographie me comprendront ! Aujourd’hui tout est devenu si simple avec les appareils photos numériques et les logiciels basiques ou perfectionnés de photographie. Mais soyez en sûre l’art de la photographie survivra grâce à de talentueux artiste comme Omar Victor Diop !

Son travail rassemble un peu tout ce qui me plait dans la photographie…. Oui ! il capture les moments et les instants comme quelques choses de très précieux et ses photographies et œuvres artistiques transmettent l’essence du moment aux autres. En tout cas, moi je suis touchée ! Il a cette capacité à jongler entre l’éclairage naturel, la juste dose d’ombre, le caractère symétrie, asymétrie, souple, difforme, la profondeur… et bien d’autres paramètres qui pour certains lui sont très secrets. Et ce sont tous ces ingrédients maniés à la perfection qui donne ce travail ! Et j’adore ! Il fait partie, pour moi, de cette génération d’artistes modernes qui insuffle un vent de fraicheur sur l’art africain.

 

Omar Victor Diop

Omar Victor Diop est un photographe sénégalais, autodidacte avec une formation initiale en finance et en gestion de projet. Je l’ai découvert en 2013 lorsqu’une de ses photos a été utilisée pour faire la couverture du Hors Série du Courrier International Afrique 3.0. J’ai adoré le cliché de ce jeune homme moderne serein et sûr de lui! Et j’ai cherché! C’est ainsi que j’ai découvert un artiste méticuleux, soucieux du détail et avec un œil attentif pour la mise en scène théâtrale à la limite proche de la photo cinématographique. Je n’ai donc pas été surprise lorsqu’il indiqua que ses premières influences visuelles sont certainement le cinéma, la culture pop africaine et internationale des années 80, la photographie de studio à travers les archives familiales et plus récemment les travaux de photographes et artistes tels que Jean Paul Goude, Richard Avedon, Matisse, Manet etc..

…A ce stade, la photographie n’est plus un instant figé, c’est un moment, c’est un rituel.

1932346_10203241306699560_1542476905_n 72467_10200865220378887_1745843386_n

 

Un rituel vivant

Lorsque j’ai découvert Omar Victor Diop, il travaillait sur sa série de portrait. Ce sont principalement des jeunes de sa génération avec des personnalités différentes mais une détermination certaine pour le continent africain.

Mais d’un point de vue plus technique, Omar Victor Diop a indiqué : « il s’agit avant tout d’une entreprise de documentation de la scène culturelle à travers sa plus jeune génération et aussi une volonté de perpétrer et moderniser la tradition du portrait de studio que je considère comme un patrimoine visuel dont, malheureusement, beaucoup de jeunes photographes semblent vouloir se détacher ». Et sur ce point je suis d’accord avec lui. Nous sommes dans un monde ou le numérique, le virtuel prennent le dessus. Avec nos appareils perfectionnés nous avons l’impression de maitriser l’art de la photographie… mais c’est une erreur. La photographie est banalisée… Je me rappelle ce rituel de préparation étant enfant lorsque mon Papa me prenait en photo dans le jardin avec mes sœurs…le bruit de la manivelle qui rembobine le film… le grand « clic » de l’appareil lorsque la photographie est prise… l’attente de voir le résultat après le dépôt de la pellicule chez le photographe… ces moments sont authentiques.

Et je trouve honorable que Omar Victor Diop défende cette idée et qu’il la mette en scène avec « Les Studios Vanité ». Ici, le terme « Vanité » se réfère à un trait d’esprit qui veut faire de ce lieu un endroit « où l’on se rend pour paraître sous son meilleur jour, le temps d’une séance de prises de vues » mais c’est aussi un lieu ou Omar invite les personnes qui l’inspirent et dont il est fier ! Il s’agit donc comme il explique « de « gentilles » vanités, un jeu de rôles, on ne se prend pas vraiment au sérieux, ce n’est pas un culte de l’égo surdimensionné » mais une façon de se rappeler que la photographie est un rituel. Un rituel que l’on doit savoir apprécier !

Quelques portraits réalisés dans « Les Studios Vanité »

7da026_9a80882f031f352bdacb168218ac222a.jpg_srb_p_600_664_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srb
JOEL ADAMA GUEYE, Chanteur, Compositeur et Manequin — Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery

 

 

 

 

 

 

 

7da026_590fae03b0664105b7ff492abf690173.jpg_srb_p_664_664_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srb
MAME DIARRA NIANG, Artiste Photographe — Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery

 

 

7da026_ac3bf4c305c8d5cfd9aa2a80b453219d.jpg_srb_p_600_540_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srb
SELLY RABY KANE et MAMADOU DIALLO, respectivement Fashion Designer et Journaliste —- Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery

 

 

 

Diaspora

A travers « Diaspora », Omar Victor Diop a décidé d’approfondir ses recherches dans le domaine du portrait. C’est vrai qu’après avoir passé près d’un an à shooter près d’une centaine de portraits d’artistes, il s’est intéressé à l’autoportrait en le combinant à un sujet qui lui est cher : « l’apport de l’Africain dans l’histoire » de ce monde. C’est donc tout naturellement, que le projet « Diaspora » naquît comme « un témoignage, une contribution à la conversation sur le thème des migrations, de l’intégration et aussi de l’influence des africains sur le reste du monde ». Le choix de l’auto-portrait a donc toute son importance car il s’agit pour l’artiste de « lever le voile sur ces personnages oubliés de l’histoire qui ont pourtant eu des destinées remarquables ». Il ajoute : « Je crois beaucoup au dialogue entre les peuples, et je pense que partager l’histoire de l’être humain et en faire un patrimoine universel est nécessaire. Je pense qu’il y a beaucoup de réponses à des tensions et questions actuelles qui sont dans le passé. »

Quelques photos réalisées dans le cadre du projet Diaspora

10492541_10205955077382131_5582607875301212514_n
Ayuba Suleiman Diallo (1701-1773) — Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery
7da026_c3ca2039aef247d48e0243b09ba91b54.jpg_srb_p_600_592_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srb
Albert Badin (1747 ou 1750 – 1822) — Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery
7da026_734e7cc187e54412bfd05be1f3bb5b46.jpg_srz_p_600_600_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz
Un homme Marocain (1913) — Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery
7da026_dac9627d159f44658c2c82c9b8e3f9f6.jpg_srb_p_600_592_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srb
Jean-Baptiste Balley (1746 – 1805) — Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery

 

 

Un regard sur l’Afrique culturelle

Omar Victor Diop fait parti pour moi de cette nouvelle génération d’artiste qui montre un autre regard sur l’Afrique. Cette Afrique vivante, innovante, jeune, avant-gardiste, curieuse et qui a tant à transmettre. Ce n’est pas étonnant qu’il indique : « Je pense qu’au delà de ma personne, ce qui fait le succès de la photographie venant du continent est dans la fraîcheur du regard que ma génération porte sur le monde. Après c’est vrai que je passe beaucoup de temps dans la préparation de mes mises en scène, mais ce qui compte le plus, c’est d’apprécier ces moments, parce que ça se sent dans le travail final. » Cette génération peu complexée par le passé historique, instruite et ouverte sur le monde extérieure s’attelle à travers l’art et la culture à générer une prise de conscience pour renforcer l’identité africaine. C’est ainsi que Omar Victor Diop a illustré cette prise de conscience : « nos nations ont besoin d’un liant, d’un repère identitaire fort, et c’est là qu’on a besoin des arts et de la culture ». Je suis donc convaincue que Omar Victor Diop a une place privilégié pour exprimer certains messages de la jeunesse africaine et à cette conviction, il a répliqué avec deux phrases auxquelles je n’ajouterais rien car je les trouve forte et puissante dans le sens : « Nous sommes tous des portes paroles et nos actions quotidiennes sont autant de messages, parfois subliminaux, que nous passons à nos compatriotes et au reste du monde. C’est vrai que mes travaux me donnent une opportunité de lever le voile sur ma réalité, et par conséquent, je m’attelle à bien le faire, car on sait où naissent les images, mais on ne contrôle pas leur destinée, ni leur impact sur le monde. »

Tout simplement merci Omar !

Tout savoir sur ses oeuvres, cliquez ici

7da026_e100604c896446d4ac359ebbcd9210e6.jpg_srb_p_1020_359_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srb
ALT+SHIFT+EGO Project — Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery
306851_4315764578408_1845600103_n
Expositions du projet LE FUTUR DU BEAU —Crédit photo : © Omar Victor Diop/ Courtesy of Magnin-a Gallery

 

10645170_10206309092712293_5718279075093286554_n

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s