Ndem & Jazzé : une spéciale dédicace à mes amis Gaboma !

Ndem, la nouvelle danse urbaine 100% gaboma

Le Ndem est une danse urbaine qui fait beaucoup parlé d’elle sur les réseaux sociaux notamment auprès de la jeunesse gabonaise ! Les gabonais ou les « Gaboma » comme ils aiment bien s’appeler entre eux sont à l’origine de cette danse qui semblerait avoir été créée dès 2011. Le concept : des défis et clash de danses par vidéos interposées où des jeunes s’affrontent tous les jours.

Contrairement à ce que la plupart des personnes pensent, cette danse n’est pas si nouvelle que cela. Elle existe depuis longtemps au Gabon et il est bien difficile de définir qui en a la paternité car c’est plutôt un mouvement social. Cette danse, à ses débuts, n’avait pas spécialement de nom, ni de musique type. On l’appelait parfois le « fia », le « leggo » du nom du beat de la jeune productrice musicale Vicky. Mais cette danse a conquis la toile avec la vidéo du groupe gabonais « No Fear » (ci-dessous). Un style moderne à l’image des clips américains, une chorégraphie bien définie, des pas s’inspirant du traditionnel « Jazzé » gabonais, une danse que j’aime beaucoup, et qui consiste en une flexion répétée des genoux! Un mélange rythmique et pétillant qui en ferra bouger plus d’un!

Cette vidéo qui fera le buzz en inspirera plus d’un dont J-Rio qui fera une petite vidéo reprenant le pas de danse et qui popularisera ainsi le Ndem (vidéo ci-dessous). Le défi sera donc lancé dès ce moment. De nombreux internautes répondront à J-Rio en faisant de courtes vidéos du Ndem que vous pourrez trouver sur le net très facilement en cherchant un peu sur YouTube.

 

Et le Jazzé dans tout ça ? 

Reste maintenant à savoir si le Jazzé résistera à l’engouement de la jeunesse gabonaise pour cette danse, dont le nom « Ndem », vient du Cameroun et signifie « donner un coup » ou « faire mal ».

Pour ma part j’espère que oui ! Je suis une fan du Jazzé ! Selon l’histoire, cette danse est apparue en février 2009 dans un quartier situé dans le nord de la capitale gabonaise dénommé camp boy. C’est au cours d’un clash dit-on que le célèbre danseur Ambasqo a remporté la première place en proposant une danse empruntant des mouvements du bôlo et du ndombolo (danse congolaise). Cette danse fit également le buzz sur le net à travers des battle sur youtube. Le premier grand clip musical Yen Ko sur cette danse sera réalisé par le rappeur gabonais Franck Ba’ponga. Mais cette danse surtout dansée sur des chansons de chanteurs nigérians tels que Tymaya ou P-Square sera véritablement promue par Patience Diabany, la diva de la musique gabonaise avec sont titre « le jazzé de la Mama » et par le groupe Kifra-I dans son tube « Waze ».

BONNE DECOUVERTE !

Yen ko de Franck Ba’ponga

le Jazzé de la Mama de Patience Diabany

le Waze de Kifra-I

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s